«

»

Août 13

RETOUR SUR LA COMMODORE’S avec PEN KOENT classé 3ème par équipe

13700993_1067010510002551_2163351484518141880_o 13710665_1068396496530619_3696448191983535017_o 13717208_1066523806717888_8008710322861206531_o 13719718_1066463520057250_111547099120682967_o 13719724_1068396819863920_5169610423770506150_o 13730800_1066463720057230_5333050593583775875_o 13730914_1066463290057273_9131618019896471801_o 13730975_1066463516723917_3579343082921157966_o 13737641_1068397273197208_8409481793733832041_o 13738184_1068778613159074_4572511241150723792_o 13765966_1068396516530617_7994184150429542454_o IMG_0462

Comme l’était autrefois l’Admirals’ Cup, la Brewin Dolphin Commodores’ Cup est aujourd’hui l’épreuve phare du Royal Ocean Racing Club en équipage (de trois bateaux). Cette compétition, initiée en 1992 et dédiée aux régatiers amateurs, est organisée tous les deux ans. Cet état d’esprit amateur perdure aujourd’hui même s’il est désormais autorisé d’embarquer jusqu’à six coureurs « professionnels » du World Sailing Groupe au sein de chaque équipe.

L’épreuve n’en reste pas moins une régate exceptionnelle, disputée dans les eaux très tactiques du Solent et de la Manche, proposant un éventail particulièrement riche de formats de course : bananes, côtiers, course de nuit au large, tour de l’ile de Wight. Et, fait rare aujourd’hui dans le calendrier des courses IRC, l’événement se déroule sur une semaine entière. Pour l’emporter, l’équipe doit être soudée dans l’effort : pas de victoire sans que chacun des trois équipages ne soit performant.

Le RORC est l’équivalent de l’Union Nationale de la Course au Large avec lequel ils cogèrent les règles de l’IRC. L’Angleterre et la France ont toujours été les plus largement représentées sur la Brewin Dolphin Commodores’ Cup. Lors des dernières éditions, l’Irlande et l’Angleterre s’étaient partagé les victoires, mais, cette année, la France avait de loin la plus forte des délégations.

Sur les huit équipes engagées, trois d’entre elles étaient françaises (neuf équipages au total), alors que l’Angleterre ne comptait que deux équipes. Israël avait affrété trois bateaux anglais.

Sur les rangs également, deux équipes « multi-nations » : Flanders North Sea composée d’équipages hollandais, belge et français (du nord), et Celtic team, constituée de deux bateaux écossais et d’un français.

Sous un grand soleil, la semaine a été animée de brises thermiques d’anthologie, avec des vents particulièrement soutenus le vendredi. L’épreuve a débuté par trois parcours inshore dans la même journée, dans le Solent, par plus de 20 nœuds. France Blue, favoris de l’épreuve, a pris la tête du classement avec une légère avance. Cifraline 4 enregistrait le score le plus bas de l’équipe.

Le lundi et le mardi furent dédiés à la grande course au large, d’environ 24h. Une manche de coefficient de 2,5, à ne pas rater. Le départ fut donné depuis le Royal Yacht Squadron, puis cap à l’est jusqu’au phare Royal Sovereign, avant de revenir vers Wight en contournant l’ile par le Sud. L’arrivée était jugée dans le nord-est des Needles. Disputé dans un flux soutenu de sud-ouest, ce parcours était comme un grand « windward-leeward » de plus de 150 milles avec un obstacle à négocier pour pimenter la donne : le champ d’éoliennes offshore Rampion, situé dans l’est de l’ile de Wight.

Alors que les plus grands bateaux dominaient la course en temps compensé, avec Ino XXX et Teasing Machine loin devant, ils furent stoppés dans le sud de l’ile par le courant de marée, permettant aux petits bateaux de les rattraper. La bataille fut serrée avec GBR Blue, très à l’aise, suivi de Flanders North Sea, mais, finalement, ce sont deux des bateaux de France White qui l’emportent : le First 40.7 Pen Koent d’Emmanuel le Men chez les grands bateaux et le JPK 1010 Foggy Blue de Noël Racine pour les petits bateaux. À l’issue de cette course, France White prenait la tête du classement général provisoire devant Flanders North Sea et France Blue.

Retour aux courses in-shore au programmes du mercredi et du jeudi. Deux manches ont été disputées mercredi dans l’ouest du Solent. Un fort courant de marée et une mer courte, hachée ont contraint les concurrents à un bord « obligatoire », à la côte, de façon à s’abriter de ce flux contraire avant de traverser le Solent pour enrouler la bouée au vent et revenir au portant avec un courant cette fois favorable.

Teasing Machine et GOA l’emportent dans leurs catégories respectives et permettent à France Blue de reprendre la tête du classement provisoire. Les plus belles performances de la journée reviennent cependant à Foggy Dew, le JPK 1010 de Noël Racine de l’équipe France White et ai JPK 1080 de Tom Kneen Sunrise de l’équipe GBR Blue, respectivement vainqueur et deuxième de la manche.

Les équipes anglaises ont décroché quelques victoires, mais elles n’ont pas réussi à égaler les performances des Français.

Le clou de cette Brewin Dolphin Commodores’ Cup fut sans conteste le tour de l’ile de Wight, disputé le vendredi, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, dans des conditions météo difficiles avec du courant contraire et une brise de sud-ouest soulevant une mer dure, notamment au passage des Needles. Heureusement, les équipages furent récompensés de leurs efforts au retour par un long bord de glisse au reaching puis par un ultime run de vitesse au sud de l’ile par plus de 20 nœuds de vent. Des conditions idéales pour un tour express en 5h30 à 6h30.

La victoire de Teasing Machine et la seconde place de Cifraline 4 chez les petits bateaux a renforcé le leadership de France Blue avec 160 points cumulés et 35,5 points d’avance sur Flanders North Sea. Les quatre équipes à suivre se tenaient en 30 points seulement…

Les courses de la dernière journée ont malheureusement été annulées faute de vent, permettant à France Blue de remporter cette Brewin Dolphin Commodores’ Cup.

L’équipe de France White monte sur le podium pour la 3ème place. Un grand BRAVO à Emmanuel Le Men et son équipage sur first 40.7, quasiment constitué des membres du YCVA.

La prochaine édition se tiendra en 2018. Th.